Apposition [1]

Il est fréquent, en anglais, lorsqu’on mentionne un objet ou une personne faisant partie d’une hiérarchie ou d’une structure, d’aller du général au particulier, en mettant les éléments successifs en apposition.

Par exemple, on rencontrera une tournure comme :

Mrs. X, Department of Education, Evaluation Committee, says that…

Dans cette tournure, on indique que Mrs. X fait partie du comité d’évaluation, lequel fait à son tour partie du ministère de l’Éducation.

Un tel ordre des choses n’est pas naturel en français :

Mme X, *Ministère de l’Éducation, Comité d’évaluation, dit que…

On privilégie en français l’ordre allant du particulier au général, c’est-à-dire :

Mme X, Comité d’évaluation, Ministère de l’Éducation, dit que…

Mais en réalité, même cette façon de présenter les choses n’est pas idéale, d’une part parce que l’usage de l’apposition n’est de loin pas aussi répandu en français qu’il l’est en anglais (en particulier dans le corps d’un texte) et d’autre part parce qu’une telle présentation soulève des questions propres au français relatives à l’emploi de la majuscule. (L’anglais étant atteint de majusculite aiguë, il ne souffre pas de ce genre de problème.)

On préférera donc écrire les choses de façon plus claire et moins abrupte, en évitant le caractère brutal et froid de l’apposition et en explicitant les liens d’appartenance avec la préposition de :

Mme X, du comité d’évaluation du ministère de l’Éducation, dit que…

On notera que cette explicitation des liens sous une forme syntaxique explicite oblige à respecter les usages concernant l’emploi de la majuscule dans le corps du texte. (Pour les ministères, au Canada du moins, l’usage est de mettre la minuscule à ministère et la majuscule au substantif définissant le portefeuille. Pour le comité d’évaluation, j’ai supposé qu’il s’agissait d’un comité interne dont le nom n’était pas officiel et ne prenait pas de majuscule. L’usage pourra bien entendu varier selon le contexte.)

Les mêmes remarques sur l’apposition s’appliquent à toutes sortes de contextes et pas seulement celui des positions des personnes dans des hiérarchies. Par exemple, dans le domaine informatique, on rencontrera en anglais une tournure comme :

This site uses DSpace, Version 1.2.3.

Là encore, l’anglais va du général au particulier et utilise l’apposition. En français, on pourrait être tenté d’écrire quelque chose comme :

Ce site utilise *DSpace, version 1.2.3.

Mais une telle présentation n’est pas naturelle en français, où l’on préférera l’ordre inverse et l’explicitation des liens :

Ce site utilise la version 1.2.3 de DSpace.

Il convient donc de se méfier des appositions en français et d’éviter d’en user à tour de bras, comme l’anglais le fait semble-t-il si naturellement, et aussi de respecter l’ordre hiérarchique plus naturel en français allant du particulier au général.