Archives mensuelles : novembre 2012

Verbe ou substantif ?

Comme on a déjà eu l’occasion de le voir à plusieurs occasions, le problème des faux amis entre l’anglais et le français ne se limite pas au lexique. Ce qui est parfois trompeur, c’est la structure même de la phrase. Il faut résister à la tentation du calque, parfois parce que le résultat n’est pas idiomatique, parfois parce que le résultat, sans être faux, n’est pas ce qui se dit le plus naturellement dans la langue concernée.

Voici un exemple selon moi typique, qui concerne la différence entre verbe et substantif. En anglais, on rencontrera une tournure comme la suivante :

Internal medicine is a field which truly fascinates me.

On pourrait être tenté de calquer d’assez près la structure anglaise, en respectant simplement la place normale de l’adverbe en français, qui tombe, sauf exception, après le verbe :

La médecine interne est un domaine qui me fascine véritablement.

Le résultat n’est pas faux. Mais il ne correspond pas, selon moi, à ce qui se dit naturellement en français, en particulier dans le contexte, comme ici, d’une lettre de motivation, où il y a un souci de rédiger son texte dans une langue assez soignée.

Pourquoi une telle structure n’est-elle pas naturelle en français ? C’est, d’après moi, une question d’intonation et d’accent. L’anglais peut facilement mettre l’accent sur le verbe conjugué fascinates dans la phrase ci-dessus.

Il n’est pas possible d’en faire de même en français, où la rigidité des règles d’intonation et d’accentuation fait que l’accent tombe toujours sur le dernier élément du groupe rythmique ou de la proposition. Or, dans cette phrase, le concept de fascination est plus important que l’adverbe (véritablement) qualifiant cette fascination et il s’agit davantage d’un état que d’une action.

Le français aura donc plus naturellement tendance à utiliser le substantif au lieu du verbe et à utiliser une tournure comme :

La médecine interne est un domaine qui exerce sur moi une véritable fascination.

C’est certes un peu plus long (comme souvent en français), mais cela respecte davantage l’ordre naturel des mots et l’importance respective que donne la syntaxe aux différents éléments de la phrase. La fascination est désormais exprimée à l’aide d’un substantif, et l’adverbe devient un adjectif, qui, dans ce cas particulier, se place avant le substantif.

La différence est peut-être subtile aux yeux de certains, mais elle est selon moi assez importante pour mériter d’être donnée en exemple.