comme (as)

On a vu dans un autre article que l’anglais such as peut être considéré comme un faux ami quand les Canadiens francophones emploient systématiquement tel que pour le rendre en français, alors que la préposition comme fait parfaitement l’affaire.

J’aimerais ici mentionner un problème inverse, qui est que, toujours au Canada francophone, on a tendance à utiliser abusivement la préposition comme pour rendre la préposition anglaise as, alors que cela n’est pas toujours approprié.

Voici comme d’habitude un exemple tiré des sites bilingues du gouvernement fédéral du Canada :

As a parent I am unable to help my son who so desperately deserves treatment.

Et voici ce que cela donne du côté français :

*Comme mère, je suis incapable d’aider mon fils qui a si désespérément besoin d’un traitement.

Pour moi, c’est une traduction inacceptable. Comme l’indique le Robert & Collins, la préposition comme peut être l’équivalent français de la préposition anglaise as dans des tournures où le sens est « in the capacity of », par exemple dans he works as a waiter, qui donne en français il travaille comme serveur.

Mais elle est inacceptable comme équivalent de la préposition anglaise as dans des tournures où l’on fait référence au statut de la personne ou simplement à ce qu’elle est, à un de ses attributs. Dans ce cas-ci, en français, l’équivalent de la préposition anglaise as est en tant que.

Le Robert & Collins donne justement un exemple comparable à celui qui est cité ci-dessus : as a mother of five children, she is well aware… donne en français en tant que mère de cinq enfants, elle sait très bien…

Ce que le Robert & Collins ne dit pas, c’est que la place même dans la phrase n’est pas non plus forcément la même. Ainsi, dans mon premier exemple, non seulement il faut utiliser en tant que, mais de plus il est judicieux de changer l’ordre de la phrase :

Je suis incapable, en tant que mère, d’aider mon fils qui a tant besoin d’un traitement.

Le changement de l’ordre des éléments est probablement facultatif, mais il me semble préférable et plus naturel de placer la tournure après le sujet et le verbe.

Voici un autre exemple :

As a writer, I prefer to…

L’utilisation de comme en français est ici à proscrire :

*Comme écrivain, je préfère […]

On utilisera en tant que, là encore, de préférence, après le sujet et le verbe :

Je préfère, en tant qu’écrivain, […]

Il faut donc considérer la paire as/comme comme un faux ami. Il y a des cas où comme est le bon équivalent et d’autres où il ne l’est pas. Méfiance !